Spiritisme

A LA RECHERCHE D’UN VRAI MEDIUM : EPISODE 2

Toujours en quête de preuves de l’existence de l’au-delà, j’ai récidivé et je me suis à nouveau rendue à une séance de médiumnité publique. En ce moment, mon lieu de prédilection est l’USFIPES (Union Scientifique Francophone pour l’Investigation Psychique et l’Etude de la Survivance), au 15 rue Jean-Jacques Rousseau, à Paris. En effet, cette organisation a le mérite d’être pas trop loin de chez moi et d’annoncer ses programmes à l’avance sur Internet, avec le nom des intervenants qui officieront.

Au niveau des tarifs ( parce que rien n’est gratos dans la vie les gars), c’est 5 euros pour les chômeurs et les étudiants ( c’est cool, on pense aux plus démunis), 7 ou 8 euros pour ceux qui ont lâché environ 35 balles pour adhérer à cette association à l’année, et pour finir, 12 euros pour les autres. Voilà.

Leur logo vend pas du rêve…

Rentrons dans le vif du sujet, à savoir la séance. Elle s’est tenue dans ce qui ressemblait à une salle des fêtes de village. Petite originalité :  la présence du buste d’Allan Kardec, le fondateur de la doctrine spirite, qui trônait sur l’estrade, histoire de nous rappeler où on était. Pour en savoir plus sur ce personnage, va sur ce lien T’as vu, je fais mon auto promotion maintenant.

Dommage pour moi, le lieu était beaucoup moins classe que ça.

Le médium qui présidait la séance était un vieil homme tremblotant, mais qui avait derrière lui, pratiquement 40 ans d’expérience dans le domaine. Il disait être en contact permanent avec Hélène Bouvier ( rien que ça). Alors certes, cette femme décédée en 1999 n’est pas Sharon Stone, mais elle est quand même une spirite française très connue dans le milieu. Peut être que j’écrirai un article sur elle dans le futur. Qui sait?

Mais bon, revenons au véritable sujet de cet article. En ce qui concerne l’organisation de cette manifestation, les personnes présentes ont apporté  des photographies ou des objets d’individus vivants ou décédés. Le médium recevait des messages qui pouvaient provenir de l’ange gardien du participant ou de l’esprit d’un proche disparu. Jusque là, rien de nouveau.

LES MESSAGES DE L’AU DELA.

La séance commença fort, car la première participante se mit à pleurer lorsque l’on prit la photo de son père, (pourtant vivant), pour lui faire des révélations. J’avoue que les sanglots de la dame ont réussi à toucher le cœur de pierre que je suis. La pauvre a bien fait de venir : on lui annonça que son paternel allait mourir dans pas longtemps. Le terme poli étant : « Je ressens des vibrations très faibles ». Tout le monde a quand même compris le message, surtout que le médium a rajouté qu’il fallait qu’elle passe le plus de temps possible avec son géniteur, gravement malade en ce moment. Elle qui voulait entendre que son état de santé allait s’arranger, elle n’a pas été déçue du voyage. On finira sur un message positif, qui a du faire une belle jambe à la pauvre femme : son ange gardien lui a dit de ne pas pleurer et qu’elle serait capable d’encaisser le choc de cet évènement tragique. Cool.

A part ce début de séance un peu triste, j’avoue que les révélations du médium pouvaient vous faire esquisser un petit sourire . Voici quelques trucs marrants que j’ai pu relever :

-Des révélations de flirt de jeunesse d’une défunte épouse à son conjoint vivant. La coquine…

-Une autre femme décédée souhaitait que son mari décore la maison avec des vraies fleurs car elle détestait les végétaux artificiels de son vivant. Elle lui ordonna également de faire le ménage, particulièrement dans sa bibliothèque qui serait en bordel.

Range feignasse!

A part ça, les Esprits ont souvent des messages plus pragmatiques à délivrer à leurs proches encore vivants :

-Avoir confiance en soi et en ses projets, les morts remercient les vivants des prières qu’ils ont pour eux.

-Faire des bilans de santé cardiaques pour les hommes de plus de 50 ans. Rien d’incroyable. En tout cas, ça ne peut pas faire de mal.

-Recommander à des gens de prendre des pincettes avec certains membres de leur entourage et de faire preuve d’une grande diplomatie. Là aussi, c’est le genre de conseils qui peuvent parler à n’importe qui.

-Enfin, notre médium a vivement encouragé  des participants à faire attention à des chutes éventuelles.  Il est arrivé à deviner  qu’une vieille dame avait des problèmes à la cheville gauche. En même temps, c’est assez courant chez les dames d’un certain âge. Peut être même qu’en observant attentivement, on peut déceler ce genre de fragilité, si on est aguerri. Dans le même style, il a préconisé à une femme qui avait des lunettes, de surveiller sa vue dans les années à venir. Tu parles d’un scoop.

UN MEDIUM ET DES FANTOMES HAUTS EN COULEURS.

Le vieil homme se définissait lui même comme « le mouchard de l’au-delà ». Par conséquent, il avait toujours raison dans tout ce qu’il disait, car pour lui, c’était  les morts eux mêmes qui lui dictaient son texte. Lorsque quelque chose ne parlait pas à l’assemblée ou que l’information n’était pas exacte, il ordonnait à la personne de se renseigner, car il était forcément dans le vrai. Il commandait aux gens de noter les dates et les évènements qu’il annonçait :  car c’était obligatoirement la vérité. Même quand il paraissait à côté de la plaque, il persistait et signait.

Par exemple, il dialogua avec un Esprit dont les causes du décès étaient apparemment  mystérieuses. Or,  la participante qui avait connu cette entité, nous révéla qu’elle connaissait les causes de la mort de son ami où aucun élément obscur n’était resté en suspens. Le médium répondit avec autorité de chercher quand même. Moi à sa place, je me serais dégonflée et j’aurais fait diversion. Mais il a quarante balais de pratique que voulez-vous.

Note bordel!

Des fois, sa persévérance payait et le public lui donnait finalement des informations qui allaient dans le sens de ses dires. Et c’était là qu’il s’exclamait, qu’il avait raison d’être têtu comme une mule, car sinon, on passerait à côté d’informations cruciales! Rien ne l’arrêtait. Même s’il se prenait un bide, en demandant à tout le monde si quelqu’un devait se faire opérer et que cela ne concernait personne :  il ordonnait tout de même aux gens de noter ce qu’il venait de dire tout en continuant de transmettre son message. Message qui finira toujours par parler à un individu à l’arrivée. Ajoutons à cela, qu’il ne répondait pas à toutes les questions. Au bout d’un moment, l’entité s’en allait et le médium coupait court aux requêtes du participant car il ne pouvait plus y répondre. C’est un style.

La grande force de ce médium, c’était d’arriver à rendre vivantes pour son auditoire, les visions qu’il avait des défunts. Il décrivait avec beaucoup de détails leur gestuelle, leur apparence physique ( les morts étaient souvent plus beaux qu’ils ne l’étaient de leur vivant), leur rire. C’était presque théâtral : certains revenants marchaient sur des pétales de fleurs, invisibles pour nous.

Il nous révéla que ces apparitions le surprenaient souvent, car il vit seul et qu’il n’a personne à qui se raccrocher dans son lit quand les fantômes viennent le saluer. Quand je vous disait que ce monsieur était un petit comique…

Imaginez que des Esprits viennent sans arrêt vous parlez, le cauchemar!

ALORS, FAKE OU PAS FAKE?

Sur cette séance, mon avis est plutôt mitigé. En effet, à plusieurs reprises, je trouve que le vieil homme a tapé dans le mille et a réussi à donner des éléments assez précis, comme des prénoms, des évènements ou des traits de caractère, qui pour moi ne pouvaient pas être devinés grâce à des techniques de manipulations mentales.

Pourtant, ces ruses permettent d’extorquer des informations à des gens sans qu’ils ne s’en rendent compte, comme par exemple en utilisant ce qu’on appelle « les affirmations de Barnum ». Cela consiste à énoncer des faits qui peuvent paraître précis mais qui au fond, correspondent à la situation de beaucoup de gens.  Selon les réactions du participant, on peut continuer à explorer ce qu’on a affirmé ou alors passer rapidement à d’autres pistes.  Alors évidemment que le médium a employé à plusieurs reprises cette technique, mais je trouve que le nombre d’erreurs qu’il a pu commettre était nettement inférieur à ses succès. Si c’était un FAKE, je le trouve assez réussit.

Peut être que ma méthode de recueil des informations n’est pas assez élaborée pour étudier cela avec précision. Je n’ai que ma mémoire et elle est facilement défaillante. Il est possible que j’enregistre mes prochaines séances avec un dictaphone. Cela dans le but de pouvoir les réécouter, pour  détecter d’éventuelles duperies de la part des pros de la communication avec l’au-delà. Allez, je vous jure, la prochaine fois, j’amène une photo ou un objet qui a appartenu à un de mes proches disparus, et je vous raconte si ce qui a été dit est réel…

C’est ici que je vous quitte.

Bisous!

 

2 thoughts on “A LA RECHERCHE D’UN VRAI MEDIUM : EPISODE 2

  1. Dis donc ça avait l’air d’une sacrée expérience ! Je me pose une question (à ne pas prendre mal, je suis très curieuse, mais tu n’es pas obligée de répondre) : est-ce qu’on ne part pas déjà avec une forme de biais si on croit intimement que les vrais médiums existent et qu’on cherche ensuite des preuves pour étayer ça ? Parce qu’en fait, dans le cadre d’une recherche de preuves, on doit aussi formuler l’hypothèse que peut-être… ils n’existent pas vraiment, ou du moins, pas sous la forme qu’on s’imaginait, peut être qu’il s’agit d’autres choses, d’une certaine forme de don qui se décline sous l’apparence de talents de communication avec l’au delà (par exemple). J’aurais aussi voulu avoir ton avis sur la zététique (comme démarche, au delà des personnes qui peuvent l’incarner), vu que ça se veut précisément une forme d’enquête sur les phénomènes réputés paranormaux. Merci à toi et passe une très bonne fin de journée !

    1. Salut Irène!!
      Pour répondre à ta première question, ma « position » sur l’existence des médiums ( et de toute autre forme de phénomène paranormal) est que je ne sais pas si cela existe réellement ou pas. Donc, lorsque je vais à ce genre « d’évènements » je l’observe en envisageant toutes les possibilités possibles en ma connaissance :
      -fake,
      -pas fake,
      -le medium pense dialoguer avec l’aù delà, mais en fait c’est un autre type de « don » ou de faculté dont il se sert.

      Pour la zététique, je sais qu’il existe une fac qui l’enseigne dans le sud de la france et j’ai entendu parler de cette discipline quand j’étais en dernière année de master :j’étais dégoutée car si j’avais été plus jeune, je m’y serais inscrite! Je ne suis pas une spécialiste de cette discipline, elle se présente comme une « science du doute » si j’ai bien compris et je trouve l’approche intéressante. Je pense qu’elle se définit comme une forme d’approche rationnelle de phénomènes qui le sont moins. Si on la définit comme ça, je la trouve proche de ma vision des choses mais je n’en connais pas assez les subtilités pour pouvoir t’en dire plus. Peut être qu’en lisant d’avantage de choses à ce sujet, j’aurais un discours différent.
      Je ne sais pas quels protocoles expérimentaux ils mettent en place lorsqu’ils veulent étudier des phénomènes paranormaux, il faudra que je me penche dessus un jour. Je sais qu’on a beaucoup parlé de la zététique par rapport à ses études sur l’homéopathie ( en tout cas, si l’homéopathie est un placebo, ça a l’air de marcher sur moi).
      En tout cas, douter de tout peut être une bonne démarche à suivre et pas uniquement pour l’étude des phénomènes paranormaux! J’espère que j’ai été assez claire dans ma réponse!

      Bon dimanche à toi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *